Un Premier Juillet mémorable…

Une journée mémorable placée sous le signe de la chance, avec une jolie prise le matin et une autre splendide le soir…

Tout commence le matin, après avoir accueilli les stagiaires du jour et effectué le briefing matinal, tout le monde met son kayak à l’eau, nous voici fin prêt pour une bonne session verticale ! Au programme :  Light Jigging et nous finirons l’initiation au Leurre souple en fin de matinée quand les poissons auront rejoint leur cachette et que l’activité se sera calmée…

Arrivé sur un plateau que je connais bien pour y avoir fait de belles pêches ces dernières années, tout le monde me rejoint pendant que je donne les consignes sur les méthodes d’animations, les particularités de la technique etc… Les dérives s’enchaînent et j’aperçois une belle détection au sondeur, bien décollée du fond, j’ai fait plusieurs passages au jig casting sur la zone précédemment mais rien n’y fait… j’ opte donc pour mon ensemble casting Blyss 6.2 / Révo Toro Naci et je fais descendre un inchiku de 80 gr en suivant sa progression à l’écran. J’aime bien faire arriver en douceur mon leurre sur une zone précise, imiter un calamar ou une seiche qui rejoint doucement le fond pour s’arrêter à moins d’un mètre du substrat est parfois une technique payante pour les poissons éduqués qui en ont marre de se faire assommer… 🙂

Et justement, alors que j’anime doucement mon inchiku, je décide d’accélérer subitement en marquant une pause pour voir si cela décide le fameux écho repéré précédemment et…. c’est la touche ! Je prends une grosse décharge dans la canne et ferre immédiatement, la canne est bien pliée et encaisse les coups de tête, ça ressemble à un joli pépère… finalement quelques instants plus tard, je verrai arriver en surface un joli loup de 4 kg tout rond !

20150701_073338 copie 1

Ça faisait un petit moment que je n’avais pas croisé le chemin d’un loup, ayant délaissé ces derniers temps les pêches verticales ( températures trop chaudes pour se casser le bras au jig…) le Bay jigging est une bonne alternative pour continuer à explorer les différentes couches d’eau « en douceur »…

Le soir, les conditions sont idéales, j’ai profité d’un moment de répit pour peaufiner quelques montages à la maison, 2 jours plus tôt j’avais vécu une mésaventure lors d’un combat avec un gros barracuda, dans la précipitation j’ai mal gaffé ce poisson, celui-ci à force de coups de tête m’arrachera la gaffe des mains, elle finira quelques dizaines de mètres sous la surface. Ce soir là je n’avais pas prit la peine d’enfiler mes gants comme je le fais habituellement à chaque session et lorsque j’ai passé ma main derrière ses ouïes pour l’attraper, le poisson s’est décroché et je me suis retrouvé avec un hameçon 3/0 enfoncé dans le pouce, pendant que mon « gros barra » me disait Bye Bye…

Ce soir, je suis allé me racheter une gaffe, de l’acier et des hameçons neufs, mes boites sont blindées de montages, il me tarde de tester tout ça en conditions réelles… le coup du soir approche, le temps d’atteler ma remorque et je suis déjà au bord de l’eau, je me mets à l’eau rapidement, j’ai peu de temps pour pêcher mes vifs, les barracudas se mettent à table très tôt en ce moment et je ne veux pas rater le meilleur moment !

Une bonne dizaine de vifs plus tard, je monte le premier severeau sur la Palms Furia ( 40 LB ) et un second sur la Palms Camora ( 25 LB ), je commence à traîner doucement, mon spot est désert, pas de bateaux qui passe à fond les manettes, la mer ressemble à un lac et je passe depuis un moment sur de beaux échos au sondeur, la soirée va être longue et j’ai tout ce qu’il faut pour m’amuser pendant un moment, les barracudas peuvent venir déglinguer mes vifs, j’en ai un stock dans le vivier… 🙂

Le soleil est en train de se coucher, je passe sur une boule énorme au sondeur, elle est parcourue de long en large par de gros arcs à l’écran, à la vue du sondeur je devine le carnage qui est en train de se dérouler à quelques dizaines de mètres sous mon kayak, je continue d’avancer et…. c’est le départ ! Sous la violence de la touche, le frein du Sphéros s’est mit à hurler et une bonne dizaine de mètres de tresse sont déjà dehors, j’agrippe ma canne, fait un tour de serrage sur la bobine du moulinet et je ferre en gardant la main sur la bobine, instantanément, le poisson rush sur une bonne distance sans s’arrêter, je ne crois pas qu’il s’agisse du gros Barracuda de la dernière fois….Finalement, il me faudra une bonne quinzaine de minutes pour mettre au sec ce poisson qui s’est bien défendu, celui ci m’aura fait dériver sur une grosse distance avant de se rendre et comme je m’y attendais, il s’agit d’une seriole de belle taille, elle affichera 19 kg au peson digital !

IMG_20150701_212140_20

Je prends le chemin du retour, partagé entre la joie d’avoir attrapé ce superbe poisson et la déception de n’avoir pu passer plus de temps sur l’eau, j’aurai bien prit ma revanche sur ce gros barracuda de la dernière fois, mais il ne perds rien pour attendre… arrivé sur la plage, je débarque mon matériel pendant que les touristes se massent autour du kayak ( « l’effet Hobie » ça marche à chaque fois ! ) et au milieu de tout ce monde, j’entends une voix qui m’est familière… c’est mon frère jumeau Julien, qui par le plus grand des hasards est venu faire une pause sur cette plage, coïncidence ? 🙂

Bien que ce poisson ne soit pas mon plus gros prit en kayak ( sériole de 23 kg l’année dernière ) ce sera surement un de mes plus beaux souvenirs, car le soir, on aura l’occasion de fêter cette prise dignement entre frangins et à l’ancienne !

La chance m’aura sourit une fois de plus avec une jolie prise le matin et une autre « de taille » le soir même, aujourd’hui c’était Noël avant l’heure 😉

Twin Pêche Sportive

Twin Pêche Sportive

Moniteur Guide de Pêche & Pro Staff Savager's

Laisser un commentaire